Posted on

Le secret pour renaître

Le secret pour renaître

Je ne compte plus le nombre d’interactions que j’ai eues cette année avec des coaché(e)s, formé(e)s ou ami(e)s qui ont le sentiment de devoir réinventer leur vie et renaître.

Ce sentiment génère un inconfort, au mieux, une angoisse intense ou une dépression, au pire car le changement, l’inconnu et l’incertitude sont anxiogènes. C’est pourquoi, je souhaite partager avec vous mon secret pour faciliter votre parcours.

Le secret, pour recommencer, c’est de se donner le droit. On attend souvent une validation extérieure pour sortir du doute. Comme si une autorité supérieure devait valider nos choix de vie importants. Comme si une loyauté invisible nous tenait enracinés dans les décennies passées.

Se donner le droit d’oublier le passé.
Peu importe les déceptions que nous avons eues, nous pouvons à nouveau faire confiance et établir des relations personnelles et professionnelles respectueuses et épanouissantes.
Quelques soient les traumas que nous avons subis, la sécurité et le bonheur sont des options ouvertes pour l’avenir.
Oui, nous avons tous échoué … Mais nous pouvons tous à nouveau réussir.

Se donner le droit à l’erreur.
La nouveauté implique de tâtonner, de chuter et d’essayer à nouveau. Aucune construction n’est parfaite dès les premiers pas. Souvenez vous la première fois que vous avez manié une auto, un ordinateur, un téléphone portable… Et aujourd’hui, ces gestes sont tellement ancrés dans votre quotidien que vous n’avez pas à faire d’effort pour y parvenir.

Se donner le droit de réussir.
Dans ma pratique de Coach, je constate que c’est souvent le frein le plus puissant. C’est de notre propre pouvoir que nous avons le plus peur. Etre visibles au monde, prendre le risque d’être jalousé(e) sont souvent nécessaires au succès.

Quelques soient les zones d’ombre en vous ou dans votre trajectoire, j’aimerais vous inspirer le droit et la capacité de rayonner et de répandre votre lumière sur le monde qui en a besoin, grand besoin.

Brillez de tous vos talents, de tout votre coeur et le monde sera un lieu plus sûr pour chacun(e) d’entre nous.

Sweetness and Succes,

Avec tout mon soutien,

Jessy

Qu’allez-vous essayer et réussir dans votre nouvelle vie? Quelles peurs avez vous encore? Commentez cet article et je vous répondrai. Partagez avec ceux qui en ont besoin, selon vous…

Posted on

Que faire pour calmer son mental?

Que faire quand votre mental ne vous laisse pas de répit?

Vous aussi vous avez cette sensation désagréable d’être harcelé(e) par votre mental?
Il planifie vos journées et votre vie, critique vos choix passés, vous reproche ce que vous avez dit ou omis? Il analyse vos faits et gestes et ceux du monde autour de vous? Il vocifère dans vos oreilles et vous juge sous prétexte qu’il sait,?
Il ramasse une miette dans votre vie et crée une avalanche de suppositions négatives : Peut-être.. Et si…? Mais comment y arriver ? Et si tu échouais ? Tu vas encore te tromper… Que vont penser les autres? N’oublie pas que…
STOP!

Vous cherchez l’interrupteur en vain.

Certains ont pensé à la lobotomie, d’autres aux tranquillisants, somnifères etc… Je préfère les méthodes douces. Elles sont certes moins radicales mais elles vous apporteront, je l’espère un peu de répit.

1- Je n’ai pas dit méditation

Je ne l’ai pas dit mais je l’ai pensé tellement fort que vous l’avez entendu;-)
Oui, la méditation est une pratique puissante pour clarifier ses pensées.
Mais, lorsque l’avalanche mentale est en route, pas facile de l’interrompre pour méditer.
La méditation est plutôt préventive, d’après mon expérience, que curative. Démarrer sa journée par une méditation, c’est parfait car le flot de pensées n’est pas encore installé. Mais lorsque la marrée mentale est montée, mieux vaut surfer qu’essayer de dresser un barrage…

2- Prenez votre pied

Evidemment c’est tentant…
Un titre alléchant pour vous parler du pied, des pieds plutôt.

Bizarrement, dès que l’on porte son attention sur nos pieds, c’est comme si le torrent intellectuel circulait mieux.

Essayez par exemple de:
Marcher pieds nus (chez vous),
Vous initier à la réflexologie plantaire,
Plonger vos pieds dans une bassine d’eau salée (en rentrant du travail par exemple)
Masser vos pieds,
Marcher dans le sable ou sur l’herbe
Faire un tour à pied de 20 minutes (rentrer du travail en marchant)

3- Occupez vos mains

Décidément….

Vous pensez déjà que ce n’est pas si simple mais rappelez vous la dernière fois que vous avez:
Pétri de la pâte pour faire une recette,
Plongé le rouleau dans la peinture,
Martelé les touches d’un piano,
Torsadé le fil d’un tricot,
Rassemblé les pièces d’un puzzle,
Colorié une page,
Reconstitué une mosaïque,
Nettoyé les tringles des rideaux,
Décoré la cuisine etc…

Bref, créez de vos mains, juste pour le plaisir, sans la pression de réaliser une oeuvre qui marquera l’histoire. Observez comme les enfants sont absorbés lorsqu’ils utilisent les feutres et inspirez vous de cette sensation pour oublier toutes vos préoccupations, une heure ou deux. Si vous manquez de temps accordez-vous une demie heure, c’est déjà efficace.

4- Alternatives

Quelques idées en vrac pour finir:
Voyez des amis qui cogitent autant que vous, cogitez à plusieurs, c’est nettement plus porteur.
Riez.
Pleurez.
Ressentez vos émotions plutôt que de les analyser. Oui, il vaut mieux pleurer 10 minutes sans savoir pourquoi que cogiter 3 heures pour conclure que l’on n’a pas de raison d’être triste et que donc il convient de forcer un sourire.
Dormez. Le manque de sommeil accentue la sur-cogitation stérile.
Lisez quelques pages.

Ecrivez en commentaire quelle pratique vous avez décidé d’essayer dans cette liste.
Partagez vos techniques avec nous.

Avec tout mon soutien,

Sweetness and succes,

Jessy

Posted on

Quand c’est la fin, c’est aussi le début…

Depuis 2016, le monde change à vitesse grand V mais cette année 2018 a battu des records. Et comme les choses intéressantes sont aussi complexes et contradictoires, nous avons aussi traversé cette année de longues périodes de doutes, questionnements et interrogations. Comme un sentiment diffus qu’un style de vie ne nous convient plus sans savoir exactement lequel nous irait.

Cette fin d’année s’achève comme la fin d’une identité et le début d’une autre pour beaucoup d’entre nous. C’est à la fois angoissant et enthousiasmant, c’est pourquoi j’ai envie de vous écrire: si vous vous sentez confus(e) et angoissé(e) à propos du futur; si vous êtes à la croisée des chemins.. vous n’êtes pas seul(e) !

 

1- La fin d’une vie

Nous nous identifions souvent à notre passé: quelle profession nous exerçons, quel statut familial, financier nous avons construit, quel look et même quelle adresse nous définissent?

Lorsque certaines de ces conditions extérieures changent, nous avons peur. Nous perdons une part de notre identité. Nous ne savons plus à quel milieu social nous appartenons. Et parfois nous ignorons même qui nous sommes, qui nous voulons être.

Dans le changement, nous avons peur de perdre quelque chose sans savoir si ce que nous allons gagner en vaut la peine. Et c’est angoissant.

C’est peut-être la fin d’une carrière pour vous et vous ignorez encore quelle nouvelle orientation vous allez choisir. Ou la fin d’un mariage et vos amis vous demandent ce que vous allez faire de votre nouvelle vie de célibataire. Ou au contraire, vous emménagez avec un(e) conjoint(e) et vous vous questionnez sur le futur de cette relation.

Ou encore vous envisagez de quitter une région ou un niveau social ou un groupe de pairs…Et c’est angoissant: allez-vous réussir ? combien de temps cette transition prendra-t-elle? est-ce le bon choix ? …et si tout cela n’était qu’un caprice?

Pour vous apaiser, j’ai envie de partager un rituel que j’ai inventé pour tous mes coachés qui traversent une période de changement.

 

2- Un rituel thérapeutique

Accepter la fin d’une période est l’étape difficile mais nécessaire pour en ouvrir une nouvelle. Laisser partir une partie de soi, c’est se donner la place pour accueillir du mieux.

Pour y parvenir, je vous conseille de rédiger une lettre à votre ancienne vie:

Ecrivez ce qui a fonctionné, les doutes que vous aviez et que vous avez surmontés.

Remerciez les protagonistes de votre vie qui ont éclairé votre route jusqu’ici. Ils ne sont sans doute pas parfaits mais ils vous ont aidé à avancer. Retracez les grandes étapes qui vous ont menées où vous êtes.

Ecrire permet de clarifier ses pensées. Et cette lettre vous aidera à intégrer votre passé. Vous pourriez même choisir quelles parties de vous vous souhaitez conserver et quelles autres vous pouvez maintenant abandonner. Dites adieu officiellement à ce qui ne vous sert plus.

Cette lettre vous permettra de dresser un bilan et d’identifier quelles forces il vous a fallu pour arriver jusque là. Vous vous sentirez plus confiant(e) pour l’avenir lorsque vous aurez pris le temps de dire officiellement au revoir à cette partie de vous.

La fin d’un chapitre génère l’angoisse devant l’inconnu mais ouvre aussi une nouvelle page.

Vous aurez probablement envie de poursuivre cette lettre par une ouverture sur l’avenir.

 

3- Quel futur rêvez-vous pour vous ?

Et si vous étiez autorisé(e) à voir grand, quelles pages auriez-vous envie d’écrire pour votre avenir ? Quelles expériences vous souhaitez-vous?

Ecrivez une carte de voeux à vous même mais portez y un maximum de détails. Joie, santé prospérité, qu’est ce que cela signifie pour vous ?

Imaginez les nouvelles conditions qui pourraient vous être offertes. Ouvrez les fenêtres des possibles pour libérer votre vie.

Je vous souhaite une fin d’année paisible et douce. Peu importe le nombre de convives à votre table, invitez votre futur vous à festoyer (et même si vous êtes seul pendant les fêtes): portez les atours de votre futur vous et regardez sans peur vers un avenir lumineux.

 

Avec tout mon soutien,

Sweetness and succes,

Jessy

Posted on

Ce que le lion de New York nous apprend…

Ce que le lion de New York nous apprend…

 

Depuis Eckart TOLLE, nous savons tous que le passé n’est plus pertinent et que la vérité réside dans l’instant présent… Et pourtant, nous nous obstinons à avancer dans la vie en nous fondant sur nos expériences passées.

 

1- Pourquoi nos expériences nous emprisonnent

Nous analysons les circonstances en fonction de ce que nous connaissons. Si nous avons eu une expérience de trac, nous évitons de prendre la parole devant un groupe. Parce que nous avons été trahi en amour ou en amitié, nous n’osons plus accorder notre confiance. Notre candidature à un poste n’a pas été retenue donc nous trainons des pieds pour adresser un nouveau courrier.

En vérité, tous ceux qui ont passé 20 ans ont été trahis. Nous avons tous souffert, nous avons tous échoué. Seuls ceux qui n’ont pas tenté n’ont jamais été rejetés. 

Faire nos choix en fonction de ces souffrances, c’est se condamner à vivre une vie en cage. Chaque expérience négative de notre passé peut devenir un barreau dans le ciel de demain.

En prendre conscience est le premier pas.

 

2- Comment sortir de prison ?

Je raconte souvent dans les séminaires de direction ou les coaching de groupe que j’anime, l’histoire du lion de New york. À vrai dire, je ne sais plus si c’était à New York et si c’était un lion mais ainsi vivent les histoires…

Dans les années 70/80, les visiteurs de zoo commencèrent à s’alarmer des conditions de traitement et de captivité des animaux présentés. Ainsi, le zoo de New York (ou d’ailleurs) entreprit des travaux de rénovation. Les zones de captivité des animaux furent agrandies et enrichies d’infrastructures de jeux et exercices.

L’un des pensionnaires du zoo, disons pour l’histoire un lion, vu sa cage considérablement agrandie et redécorée. 

Le personnel soignant du zoo fut surpris de constater que l’animal ne soit pas enclin à profiter de sa nouvelle demeure.

En effet, on pu constater que jusqu’à sa mort, le lion ne sortit jamais du périmètre de son ancienne cage, comme si les barreaux détruits étaient toujours présents pour lui.

Cette histoire est triste mais peut connaitre une fin heureuse si le lion nous lègue un enseignement avec sa mort:

Cessez aujourd’hui, de concevoir votre environnement comme s’il n’avait pas changé. Ne restez pas enfermé(e) dans la cage mentale des échecs passés.

 

3- Commencer à s’évader

Toute évasion démarre avec un plan, c’est à dire la possibilité de s’échapper.

Sans rien changer à vos circonstances, commencez par donner de la liberté à vos idées. Mentalement, envisagez de nouvelles possibilités: et si cette fois, ma candidature était retenue? et si cet(te) ami(e) était fidèle? Et si je pouvais refaire du roller sans me casser le bras?…

Mentalement, pratiquez tous les jours des chemins de traverses intellectuels.

Notre vie change quand nos idées changent.

Et retrouvons nous d’ici peu pour passer ensuite à l’action 😉

Et pourquoi pas initier des premiers pas vers un changement ? Changer d’itinéraire pour se rendre au bureau, mettre sonner 20 minutes plus tôt juste pour démarrer sa journée en douceur, changer de coupe de cheveux, de style vestimentaire, de hobbies, s’inscrire dans un groupe qui partage vos passions,… Ou carrément vaincre sa phobie des réseaux sociaux pour aller voir, par soi-même ce qui s’y passe vraiment ?

 

Avec tout mon soutien,

Sweetness and success,

Jessy

Posted on

Les 5 erreurs communes à ceux qui voudraient changer de travail

 

Dimanche dernier, un ami me dit qu’il arrive à saturation de sa carrière car les conditions sont trop difficiles (il a raison) et qu’il pense prendre un emploi de base dans l’administration pour être tranquille (oh non!).

Lundi, une coachée me parle de son écoeurement de travailler dans une entreprise qui recherche un but purement financier au détriment de l’humain (elle a raison). Elle pense lister absolument toutes les possibilités d’emplois qui s’offrent à elle pour en choisir une (oh non!).

Aujourd’hui, j’ai rendez-vous avec une coachée qui envisage de changer d’orientation professionnelle…

Pour avoir vécu cela moi-même lorsque j’ai quitté mes fonctions de responsable juridique pour créer mon entreprise et devenir coach il y a 8 ans, je sais comme on se sent seul et perdu lorsque l’on envisage un changement professionnel. 

C’est pour cette raison que j’aimerais partager avec vous les 5 erreurs à éviter absolument pour trouver sa voie dans le monde du travail.

Peu importe où vous en êtes aujourd’hui, peu importe l’âge ou les diplômes que vous avez, trouver une nouvelle voie est possible à condition d’éviter ces traquenards.

 

1-  Y penser et ne rien faire 

Cette attitude génère une frustration de plus en plus importante. Cette frustration croissante génère ensuite culpabilité, colère et sensation d’immobilisme, ce qui rend d’autant plus difficile le fait de commencer à agir. 

Cette attitude peut mener à des problèmes de santé à terme car notre corps parle pour nous quand on ne parvient pas à s’écouter avant. N’attendez pas de vous faire une entorse du pied droit en allant au boulot (comme j’ai fait en 2008) pour vous dire qu’il est temps de changer.

 

2- En parler à ses amis

C’est ce que j’appelle une fausse bonne idée. Oui, vos amis vous connaissent bien mais ce n’est pas suffisant.

Les conseils de vos amis sont certes fruit de bonne volonté mais liés à leur propre expérience. Ces derniers peuvent projeter sur vous une certaine image qui n’est pas forcément adéquate avec qui vous êtes aujourd’hui.

De plus, si vous demandez conseil à vos amis, ils prendront régulièrement des nouvelles du projet, et seront attentifs au fait que leurs conseils sont suivis, ce qui produit des parasites dans la relation: « Ben pourquoi tu n’as pas fait comme je t’avais dit? »,  « ah bon, t’as toujours pas pris rendez-vous pour un bilan de compétences, mais qu’est ce que tu attends? »… « Coach? mais il y en a déjà plein des coachs! »

Vous serez par conséquent de plus en plus enclin à éviter votre entourage pour fuir leur jugement et vous vous sentirez de plus en plus isolé(e).

 

3- Chercher la voie raisonnable 

C’est l’écueil le plus fréquent. Nous pensons qu’il faut être réaliste car le projet doit être suffisamment sensé pour nous permettre de gagner notre vie.

Etre raisonnable est nécessaire mais surtout pas au début de la réflexion sous peine de brider ses envies profondes. Faire intervenir la raison trop tôt oriente à coup sûr vers une voie qui génèrera à nouveau des frustrations très vite. Et il faudra recommencer le processus.

C’est après avoir exploré ses désirs que la raison doit intervenir.

 

 

4- Lister absolument toutes les options

Pour ne rien louper, certain(e)s s’imposent un cahier des charges qui consiste à TOUT envisager. 

Cette liste prend malheureusement tellement de temps et d’énergie que l’on se sent rapidement dépassés et perdus. La tentation est forte alors d’abandonner le projet… et de revenir à la case départ frustration/mécontentement.

 

 

5- Y penser tout(e) seul(e)

Vous allez me dire que c’est en contradiction avec le fait que je vous ai conseillé de ne pas en parler à vos amis.

En parler à ses amis reste une des dernières étapes dans le processus mais rester seul avec ce projet d’ampleur mène souvent à une impasse car, seul, on se perd dans le labyrinthe de nos pensées. 

En réfléchissant seul on choisit une voie, puis on envisage les difficultés liées à ce choix. Ces difficultés nous semblent trop importantes, alors nous explorons une autre voie qui mène à d’autres difficultés. On finit découragé au milieu d’un champ de bataille mentale.

Parlez-en à des professionnels, faites vous aider car il s’agit de votre avenir. Les professionnels mettront à votre disposition une méthode qui vous correspond et surtout une écoute bienveillante qui vous encouragera à trouver la meilleure voie pour vous.

Et surtout, n’abandonnez pas. Je sais que c’est une démarche très difficile et risquée pour l’avoir vécue moi-même mais je peux vous dire que le bien-être et le bonheur de me lever chaque matin pour faire aujourd’hui ce qui me passionne en vaut la peine. 

 

Avec tout mon soutien,

Que le meilleur vous guide

Sweetness and Sucess,

Jessy MASSE

Posted on

Révélation !

Tout a commencé avec un trajet en voiture….

J’adore conduire, c’est pour moi comme une longue séance de méditation. Regarder défiler les arbres et les pensées. Neuf heures de conduite à méditer, seule et en silence, permet de nettoyer son cerveau. 

Certain(e)s partent en retraite dans un monastère, je préfère la mer. J’étais donc en route pour quelques jours à Marseille.

Face à l’immensité bleue, je me sens connectée aux forces puissantes et bienveillantes de l’Univers. 

Arrivée sur le littoral, je me suis garée, j’ai respiré.

Et j’ai pris conscience de toutes les pensées négatives qui m’envahissent quotidiennement. Surprenant pour une coach si positive, non ? Certes, mais c’est humain. 

Mes pensées négatives sont intérieures et généralement tournées contre moi-même:

« Dépêche toi, tu vas manquer de temps », « Tu aurais pu faire mieux, tu dois faire mieux », « Attention, quelque chose pourrait mal se passer…. »

Quand je passe du temps avec ma famille, je culpabilise de ne pas travailler. Quand je travaille, je culpabilise de ne pas être disponible pour ma famille. Pendant que je passe l’aspirateur, je pense que le chauffe-eau aurait besoin d’un plombier, puis je me demande si j’aurai assez d’argent pour payer le plombier. Pour peu que j’ai acheté un parfum, je culpabilise de ne pas avoir épargné pour les dépenses exceptionnelles. Et d’ailleurs, il faut que je passe à la poste et donc que je me dépêche… Et si je ne finis pas à temps, je ne pourrai pas aller au sport. Et si je vais au sport, c’est absurde de manger des frites. Au fait, c’est la deuxième fois que j’en mange en deux jours ! Mince, je n’ai pas pris le temps d’aller au marché pour acheter des carottes bio. D’ailleurs, il parait que le bio, c’est pas si beau…

D’autres rejettent la faute sur les autres et critiquent les circonstances extérieures : si je ne suis pas heureux, c’est la faute de la météo, de mes parents, du gouvernement, de tous ces imbéciles. 

Mais le résultat est le même : ils s’infligent une bonne dose de stress.

C’est usant ! 

Ces soucis, ces critiques continuelles, ces peurs, culpabilité, colère, jugements nous usent.

Nous savons aujourd’hui les dégâts que produisent ces pensées négatives: elles génèrent une décharge d’adrénaline. Celle-ci active un processus de fight/fly/freeze qui pompe notre énergie, détruit nos organes et nous prive de la clarté de pensée.

Se soumettre à ce cycle infernal jour après jour, c’est comme avaler une dose d’arsenic quotidienne.

J’ai donc décidé d’en sortir et de démarrer une vie sans soucis.

Devinez ce qui s’est produit…

Ou plutôt, vivez l’expérience avec moi et intégrez ce #worrydetoxchallenge #uneviesanssouci car les mots ne suffisent pas à la décrire, il faut la vivre pour comprendre pleinement la libération, la joie, le bonheur, la légèreté qui en découlent. Rien de mieux qu’y goûter pour trouver la motivation de l’adopter.

Parce que j’aime changer le monde et parce que je pense qu’ensemble, on est plus forts.

Rejoignez ceux/celles qui souhaitent suivre ce challenge avec moi sur Facebook, sur Instagram ici

Avec tout mon soutien et des sourires,

Sweetness and success,

Jessy

Posted on

Le secret pour renaître

Le secret pour renaître

 

 

Je ne compte plus le nombre d’interactions que j’ai eues cette année avec des coaché(e)s, formé(e)s ou ami(e)s qui ont le sentiment de devoir réinventer leur vie et renaître.

Ce sentiment génère au mieux un inconfort, au pire une angoisse intense ou une dépression, car le changement, l’inconnu et l’incertitude sont anxiogènes. C’est pourquoi, je souhaite partager avec vous mon secret pour faciliter votre transition.

Le secret, pour recommencer, c’est de se donner le droit. On attend souvent une validation extérieure pour sortir du doute. Comme si une autorité supérieure devait valider nos choix de vie importants. Comme si une loyauté invisible nous tenait enracinés dans les décennies passées.

Se donner le droit d’oublier le passé.

Peu importe les déceptions que nous avons eues, nous pouvons à nouveau faire confiance et établir des relations personnelles et professionnelles respectueuses et épanouissantes.

Quels que soient les traumas que nous avons subis, la sécurité et le bonheur ont une place dans notre avenir.

Oui, nous avons tous échoué … Mais nous pouvons tous à nouveau réussir.

Se donner le droit à l’erreur.

La nouveauté implique de tâtonner, de chuter et d’essayer à nouveau. Aucune construction n’est parfaite dès les premiers pas. Souvenez vous la première fois que vous avez manié une auto, un ordinateur, un téléphone portable… Et aujourd’hui, ces gestes sont tellement ancrés dans votre quotidien que vous n’avez pas à faire d’efforts pour y parvenir.

Se donner le droit de réussir.

Dans ma pratique de Coach, je constate que c’est souvent le frein le plus puissant. C’est de notre propre pouvoir que nous avons le plus peur. Être visible au monde, être jalousé(e)  peuvent effrayer mais sont des risques nécessaires au succès.

Quelles que soient les zones d’ombre en vous ou dans votre trajectoire, j’aimerais vous inspirer le droit et la capacité de rayonner et de répandre votre lumière sur le monde qui en a besoin, grand besoin.

Brillez de tous vos talents, de tout votre coeur et le monde sera un lieu plus sûr pour chacun(e) d’entre nous.

 

Sweetness and Succes,

Avec tout mon soutien,

Jessy

 

Qu’allez-vous essayer et réussir dans votre nouvelle vie ? Quelles peurs avez vous encore ? Commentez cet article et je vous répondrai avec plaisir. Et partagez avec ceux qui en ont besoin, selon vous 😉

Posted on

Pourquoi j’adore Février

Février, ce mois où le manque de vitamine D est à son comble,

où le froid nous glace,

où le ciel varie entre gris et gris,

où l’amour devient un commerce…

Ce mois a tout pour nous déplaire.

Et pourtant… il est synonyme d’anticipation et de sourires pour moi.

Oui, Février est un mois bancal:

Non seulement il compte moins de jours que les autres,

mais provocateur,

il se tape même le luxe d’osciller entre 28 et 29 jours.

De quoi irriter tous les mois rationnels de la planète.

C’est un original coincé entre le sombre janvier et un mars annonciateur de printemps.

Pour se faire accepter,

Il se fait fantaisiste sous des plumes bigarrées de carnaval.

Bruyant, il tape le tambour et danse sans retenue à Rio ou à Venise.

Oriental, il lâche son dragon de nouvel an chinois et nous roule dans les nems,

Midinette, il roucoule à renfort de roses rouges et chocolats,

Sportif, il emmène certains glisser sur les pistes enneigées,

Et c’est déjà la fin du mois.

C’est aussi un rêveur, qui pense aux vacances d’été, à l’huile de Monoï et au repos,

un passionné, qui se lance à corps perdu dans ce qu’il entreprend,

un convivial, qui fait tourner les crêpes,

un sérieux, qui travaille dur pour rembourser la dette des soldes de janvier,

un caméléon qui joue un coup de neige, un coup de printemps.

Il a tout fait pour qu’on l’aime: il a développé des talents incroyables pour nous faire oublier son origine.

Février est un mois résilient et joyeux malgré tout, et c’est pour cela que je l’adore.

Comme lui, ce mois ci, oubliez votre passé, laissez libre court à de nouvelles facettes de votre personnalité.

Vous attendez les conseils ou trucs de la coach ce mois-ci ? Restez connecté(e), des nouvelles arrivent très vite dans votre boite mail.

Avec tout mon soutien,

Sweetness and succes,

Jessy

Posted on

Le breuvage secret pour une année 2018 comme aucune autre

Le breuvage secret pour une année 2018 comme aucune autre

 

Plutôt que de vous souhaiter Santé, Prospérité et Joie, j’ai envie de vous souhaiter une année 2018 comme aucune autre.

Une année de joie, peu importe votre environnement, votre âge, votre passé et vos aspirations. et objectifs.

Et pour cela, je partage avec vous ma recette secrète de breuvage magique.. 

Si vous avez assisté à une de mes formations, conférences, coaching, vous êtes peut-être venu(e) me demander quelle était cette boisson qui ressemble à un café soluble au lait que je consomme en grandes quantités. Aujourd’hui, je lève le voile sur ce mystère…..

Tout d’abord, une mise en garde

Ce breuvage, si vous choisissez de le consommer, peut devenir addictif.

Les effets indésirables sont peu fréquents mais on m’a déjà rapporté quelques cas d’étonnement de l’entourage, de « on ne te reconnait plus ». 

Dans les cas les plus extrêmes, on peut vous trouver rajeuni(e), en pleine forme et vous demander ce qui vous donne ce sourire radieux.

Si vous subissez ces effets secondaires, ne consultez surtout pas votre médecin traitant, et poursuivez le traitement.

 

Précautions d’usage:

Ce breuvage est conseillé aussi bien aux hommes qu’aux femmes, de tout âge.

Il est généralement inutile avant 7 ans, mais peut être administré en cas d’urgence.

 

Posologie

Ce breuvage doit impérativement être consommé au lever et, si possible, avant de sortir du lit.

Puis renouveler la prise 4 à 5 fois par jour, à intervalles réguliers.

 

Interactions médicamenteuses:

Cette substance fait généralement mauvais ménage avec les « informations ». 

Evitez de suivre les informations à la télé ou de les écouter à la radio, tout du moins le matin.

Fuyez, dans la mesure du possible, les conversations sur le thème des catastrophes naturelles, faits de guerre, menace terroriste ou autre fait menaçant.

Si vous pensez que ce breuvage peut vous aider, consultez la recette secrète:

 

Recette secrète du breuvage:

-1 litre de « Prenez la vie à la légère » 

Cessez de prendre les évènements, communications, ou vous-mêmes au sérieux. Ce qui semble grave aujourd’hui ne sera qu’un vieux souvenir ou disparaitra de votre mémoire d’ici peu. Relativisez. Prenez de la hauteur pour regarder vos soucis d’un air lointain, vous les verrez à leur juste taille: minuscules.

-1 litre de « Mettez du fun dans votre vie » 

Prévoyez chaque jour un moment drôle, amusant, rigolo. Chantez faux sous la douche, dansez, souriez aux passants, moquez vous des convenances. Si vous tenez habituellement une to-do list, ajoutez RIRE dessus chaque jour. Le rire est un puissant anti-âge, anti-déprime, anti-maladie. Rire et prendre la vie avec le sourire attire de nouvelles rencontres amicales, professionnelles ou amoureuses.

-Une pincée d’excentricité

Vous n’êtes pas comme les autres ? Vous ne rentrez pas dans les cases ? Tant mieux! Ne changez rien, votre différence est votre atout. 

-Une bonne dose de créativité. Quelque soit le sujet, demandez vous: Et si je faisais les choses différemment? Et si je voyais les évènements différemment? Essayez quelque chose de nouveau.

 

Secouez et consommez régulièrement, chaud ou froid, avec des glaçons ou des épices.

Vous pouvez ajouter un trait de piment passion, à votre guise.

 

Je vous souhaite une année 2018 joyeuse, légère, drôle,

pleine de bonnes surprises.

En espérant vous voir, entendre, lire très vite.

 

 

Partagez cet article s’il vous a été utile, laissez une blague en commentaire et partageons de la joie et du rire pour démarrer 2018.

Sweetness and Success (and Fun)

Avec amour,

Jessy

 

 

Pour recevoir d’autres clins d’oeil,

Likez ma page Jessy MASSE Coach sur Facebook

Suivez moi sur Instagram @jessymassecoach 

Abonnez vous à ma chaine youtube jessymassecoach

 

 

Posted on

Trousse de survie pour les fêtes de fin d’année

Curieux ce titre. Noël est une fête dont nous nous réjouissons. Non ?

J’ai l’habitude de parler franchement et d’aller droit au but. Noël n’est pas toujours ce moment chaleureux et convivial de partage et d’amour que l’on souhaite.

Parfois, on en ressort alourdi(e) de non-dits dévastateurs, de remarques blessantes, de kilos de chocolats avalés pour ensevelir sous le sucre tout ce que l’on a sur le coeur.

Parfois la crise de foie que l’on met sur le dos du champagne consommé avec abus n’est que le symptôme de la colère que l’on éprouve face à l’injustice.

Que l’on soit seul(e) ou en famille, en en ressort parfois avec un goût amer de solitude et d’incompréhension.

Mais cette année sera différente ! Cette année, vous allez partir avec ma trousse de survie pour les fêtes de fin d’année et revenir fier(e) de vous et serein(e). Ca vous dit ?

 

#1- Outil 1- La mallette aux trésors

Noël nous fait revenir en enfance, pour le meilleur et parfois pour le pire.

Nous redevenons des enfants en présence de nos parents, cousins, frères et soeurs etc.

La mallette aux trésors transporte un objet qui symbolise votre vie d’adulte. Cet objet vous permet de vous rappeler que vous êtes maintenant autonome, opérationnel(le) et en charge de votre vie.

Mettez dans votre valise un symbole de votre vie d’adulte dont vous êtes fier(e). Ce peut-être un dossier professionnel que vous avez mené à bien, un bijou offert par quelqu’un qui vous aime, un diplôme, un trophée de sport, n’importe quel doudou d’adulte fera l’affaire.

Dès que vous vous sentez mal, déstabilisé(e) ou en colère, tenez cet objet dans les mains. Reprenez contact avec votre pouvoir intérieur et votre capacité de réagir en adulte. Rejoignez les autres avec cette confiance d’adulte et vous prendrez les choses avec plus de flegme.

 

#2- Outil 2- La colle

Collez vous les lèvres avant d’entrer dans des débats politiques ou d’actualité. Peu importe ce que votre entourage familial pense des évènements récents, acceptez que vous pouvez partager un moment avec des personnes qui ne pensent pas comme vous mais qui peuvent néanmoins vous aimer. Vouloir convaincre les autres que l’on a raison ou que l’on sait mieux ou plus prend énormément d’énergie et nous sépare de l’essentiel qui est ailleurs. Savourer le fait d’être ensemble, plutôt que de se valoriser, c’est la clé.

 

#3- Outil 3- Le miroir

Utilisez le miroir pour vous regarder dans les yeux et vous accepter tel(le) que vous êtes aujourd’hui.

Vous êtes aimé(e), même si votre entourage ne sait pas comment vous le montrer.

Vous êtes capable, même si vous n’êtes pas arrivé au succès que vous attendez.

Vous être quelqu’un de bien, quelques soient vos choix amoureux, vestimentaires ou professionnels.

En vous donnant de la valeur, vous serez moins dépendant du besoin d’approbation des autres.

Dès aujourd’hui, lorsque vous croisez un miroir, dites vous intérieurement que vous êtes une belle personne à l’intérieur et à l’extérieur.

Ainsi, vous n’aurez plus besoin de l’approbation des autres, et vous serez libre de laisser votre lumière éclater.

 

#4- Outil 4: La gomme

Nous transportons avec nous notre passé partout où nous allons et, à fortiori, lorsque nous nous rendons dans notre famille.

Nous venons avec les querelles passées, avec la conviction que notre frère/père/oncle nous juge ou que nous sommes mieux ou pire que notre soeur/mère/tante…. Nous remettons sur la table la fois où « Quand j’avais 11 ans et que… ». En revivant ces vieilles histoires, c’est à nous que nous faisons le plus de mal.

Gommez virtuellement votre passé. Il est passé donc il n’existe plus que dans votre tête. Il vous alourdit.

Posez la valise du passé avant de partir et arrivez frai(che) et léger(e) pour Noël.

S’affranchir du passé et autoriser les autres à s’en affranchir aussi est l’outil le plus puissant de cette trousse à outils.

Vous pouvez aussi gommer les remarques désobligeantes à mesure qu’elles sont dites, pour ne pas en être marqué(e) comme par un coup de crayon trop taillé.

Gommez vos souvenirs, gommez vos jugements, gommez vos attentes et laissez vous surprendre par la nouveauté.

Quelque chose de merveilleux peut se produire à tout moment.

 

# 5- Les lunettes magiques

Découvrez votre famille comme si vous ne l’aviez jamais vu(e). Vos proches ont peut-être évolué sans que vous ne puissiez l’observer si vous les avez « figés » dans votre mémoire avec tel ou tel adjectif ou composante.

Chaussez des lunettes magiques et regardez vos compagnons de fête comme des personnes nouvelles.

 

Bonus 1– Pour ceux qui sont seul(e)s

Une pensée pour ceux qui sont hospitalisés, isolés, qui ont perdu un membre de leur famille récemment. Pour vous, la mallette est remplie d’amour, de compassion et d’espoir.

Faites quelque chose de gentil et spécial pour vous, offrez vous un bon repas, un bon livre, une danse stupide mais amusante, un cadeau.

Rappelez vous que nous avons tous connu des périodes difficiles mais que les années se suivent et ne se ressemblent pas.

Bonus 2-La lettre au père Noël

Pour tous, et afin de préparer vos objectifs, intentions, résolutions pour l’année à venir, écrivez une lettre au père Noël en imaginant votre Noël 2018.

Quel groupe d’amis voulez vous rencontrer d’ici un an ? Quel partenaire amoureux ou réunion familiale voulez vous attirer à vous ? De quelle plaie ou maladie voulez vous guérir ? Quel épanouissement professionnel voulez-vous trouver ? Quelle maison sera la vôtre dans un an ?

Soyez certain(e) que votre demande sera entendue et elle le sera. Après tout, Noël, c’est le meilleur moment pour croire à l’impossible, non ?

 

Avec tout mon soutien et mon amitié,

De très belles fêtes de fin d’année à vous, une pincée de paillettes

Sweetness and Success,

De tout coeur avec vous, Jessy

 

Psst : Ecrivez en commentaire quel outil vous allez emporter avec vous pour cette fin d’année ! Si cette lettre vous a été utile, partagez là autour de vous 😉