Posted on

Survivre quand tout s’écroule – 5 pistes… et plus pour rebondir !

Survivre quand tout s’écroule – 5 pistes… et plus pour rebondir !

Avez vous déjà eu l’impression que tout s’écroule autour de vous?

Ou sentez-vous que cette année voit la fin d’un cycle dans votre vie?

Je déjeunais ce midi avec un Directeur pour qui j’ai eu la chance de travailler il y a quelques années. Nous échangions autour de la question suivante : comment réagir quand la fin d’un cycle professionnel se dessine?

Ca m’a rappelé l’histoire de l’héroïne « Mes meilleures amies », une comédie romantique trash dans laquelle une jeune femme d’une trentaine d’année :

– surmonte difficilement la faillite de l’entreprise qu’elle a fondée,

– se fait licencier du job alimentaire qu’elle a obtenu grâce à sa mère,

– prend conscience que sa vie amoureuse est un fiasco,

– se dispute avec sa meilleure amie,

– se ridiculise lors de plusieurs occasions sociales,

– est incapable de payer ses dettes,

– doit retourner vivre chez sa mère après que ses colocataires l’ont flanquée à la porte,

– et n’a pas suffisamment d’argent pour faire réparer l’épave qui lui tient lieu de voiture.

Evidemment, le film repose sur une suite de situations burlesques, mais les scénaristes trouvent leur inspiration dans la réalité. Ce film fait merveilleusement écho à des périodes de vie où les éléments semblent se déchainer contre nous.

Si vous vivez ce type de série noire, en ce moment, voici 5 étapes et plus pour sortir de la spirale infernale.

Sans accumuler les échecs, si vous avez cette sensation diffuse que c’est la fin d’un cycle professionnel ou personnel, je vous encourage à appliquer ces quelques pistes.

1– Arrêtez de regarder les infos.

Vous avez suffisamment de sujets en tête, nul besoin de vous baigner de mauvaises nouvelles. Les infos ajoutent une litanie de traumas, catastrophes en tous genres aux soucis personnels que nous avons et constituent un fertilisant à angoisse dont on peut faire l’économie.

2– Regardez la situation en face.

Y a-t-il de vraies raisons de vous inquiéter, ou est ce une habitude que vous avez de noircir le tableau?

Souvent, nous dramatisons, mentalement, des éléments qui ne sont pas si alarmants. Nous pensons qu’être pessimistes nous évitera des infortunes. Il n’en n’est rien.

S’inquiéter outre mesure mine notre énergie et nous déconnecte de nos ressources.

A l’inverse, essayer de se bercer d’illusions que « tout va s’arranger » lorsque la situation pourrit est contreproductif. Regarder les choses en face, c’est choisir de faire confiance à son ressenti et d’être lucide. La clarté apaise, le chaos angoisse.

3– Cherchez un référentiel

Avez vous déjà connu ce type de situation? Ou pire?

Vous vous en êtes manifestement sorti(e)s car vous lisez cet article. Qu’avez vous mis en place à ce moment là? Avez vous reçu un coup de pouce? Une suite de hasards vous a-t-elle permis de trouver un nouveau chemin?

Prenez conscience de vos facultés de rebond. Toucher le fond de la piscine, c’est parfois la stratégie que nous utilisons inconsciemment pour remonter à la surface.

4– Plutôt que de penser échec, pensez expérience

La fin est souvent vécue comme un échec alors que ce n’est que le vide nécessaire pour permettre à quelque chose de nouveau de se mettre en place.

Observez cette fin pour vous demander ce que cette expérience vous a appris. Grâce à ce que vous avez vécu, qu’êtes vous devenu(e)? Qu’avez-vous appris sur vous-même? Quelle opportunité est née de cette situation?

Passer le temps nécessaire à réfléchir à ces questions est essentiel. Cela permet d’assimiler les expériences et leurs leçons plutôt que de chercher à recréer une sensation de continuum qui est illusoire. Le changement est nécessaire car  nous évoluons.

Si vous manquez de temps pour appliquer les autres étapes de cette lettre, essayez au moins de répondre aux questions ci-dessus.

5– Listez des solutions créatives

A présent que vous avez digéré le passé, envisageons l’avenir:

Prenez une feuille et listez toutes les solutions qui vous passent par la tête. Celles dont vous ne voulez pas car votre ego les réfute (réessayer quelque chose qui a déjà échoué, par exemple), celles qui ne sont que des solutions très partielles, celles qui vous semblent difficiles à mettre en oeuvre.

N’attendez pas une solution magique et parfaite qui n’arrive pas souvent ou trop tard. Oser mettre en oeuvre des réponses partielles, c’est se rapprocher du succès.

Lorsque vous recherchez mentalement des remèdes ou de nouveaux chemins, ne vous bridez pas en envisageant la faisabilité du projet.

6– Agissez

Quelle est la première action que vous pouvez mettre en place aujourd’hui?

Sélectionnez une des pistes engagez vous dans ce chemin là dès aujourd’hui. L’action éloigne la peur. Souvenez vous à quel point on a peur avant de sauter dans l’eau alors qu’une fois dedans, il s’agit juste de se laisser flotter.

7– Solution bonus: Faites vous aider

A vouloir tout régler soi-même, on s’épuise. Il y a souvent une ou plusieurs personnes autour de nous qui serai(en)t heureus(es) de nous aider si elle(s) en avai(en)t la possibilité.

Ayez recours à des professionnels. Déléguez. Ne restez pas seul avec de gros soucis. Avoir une oreille bienveillante permet d’alléger notre fardeau et de retrouver de l’optimisme.

Avec tout mon soutien,

Success and Sweetness,

Jessy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *